Morocco

  • leconomiste.com
  • 1 day ago

L’Arabie saoudite réclame la convocation de sommets du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et de la Ligue Arabe. Sa demande intervient suite au sabotage de navires dans le Golfe et d’attaques contre des stations de pompage dans le royaume par les Houthis, des rebelles yéménites.

  • leconomiste.com
  • 1 day ago

Plus de 400 millions d'électeurs dans les pays de l'UE sont appelés aux urnes du 23 au 26 mai 2019. C’est pour élire un nouveau Parlement européen, où les partis populistes devraient enregistrer une nouvelle poussée, portés par la question de l'immigration.

  • leconomiste.com
  • 1 day ago

Pour les juifs, le Temple de Jérusalem est le lieu de rencontre entre Dieu et les hommes et le centre de la vie spirituelle ; l’endroit où l’on vient prier et offrir des sacrifices. À l’origine, le Premier Temple était une tente (le Tabernacle), érigé à l’époque de Moïse mais le temple en pierre a été construit à Jérusalem par Salomon en 967 av. J.-C. pour abriter en permanence la chasse sacrée des Tables de la Loi. Il a été détruit par les Babyloniens en 586 av. J.-C. et reconstruit vers 520 avant notre ère. Du temps de Jésus, c’est Hérode qui l’a agrandi et embelli avec une vaste esplanade d’environ 15 hectares. Une grande partie de l’esplanade, appelée «le parvis des païens», est accessible aux non-juifs. Le Temple a été détruit par le Romain Titus en l’an 70 et jamais reconstruit depuis. Pour les juifs, la destruction du Temple, appelé la «Maison», est intervenue en 68 de notre ère.  Au fond, on trouve une petite pièce appelée le «saint des saints», dans laquelle le grand prêtre pénètre une fois par an, à l’occasion de la grande fête du Yom Kippour. Dans cette pièce, sont déposées les nouvelles Tables de la Loi, un pot de manne et les cendres de la vache rousse. Durant la vie de Jésus, le Temple de Jérusalem constitue le cœur spirituel du monde juif et Jésus y viendra souvent pour enseigner. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’au Temple, du temps de Jésus, un culte est quotidiennement célébré par les prêtres, aidés de leurs assistants qu’on appelle «lévites». Chaque matin et chaque soir, un agneau est égorgé sur l’autel situé devant le Temple, sa dépouille est ensuite consumée par le feu. Le jour du shabbat, on ajoute un troisième animal. De plus, les Romains payent pour qu’il soit offert tous les jours un sacrifice pour l’empereur et pour l’Empire. Des particuliers peuvent demander de procéder à des sacrifices en hommage à Dieu ou pour implorer son pardon. Les prêtres font brûler, également, de l’encens dans le lieu saint et récitent des prières. Sur le plan organisationnel, une partie du peuple juif se consacre au fonctionnement de la vie religieuse, notamment celui du Temple de Jérusalem. Il y a d’abord des milliers de prêtres, dont la charge est héréditaire du temps de Jésus. Ils sont dispersés dans tout le pays et répartis en vingt-quatre classes dirigées chacune par un chef. Le service du Temple se fait en rotation, en ce sens que chaque semaine est attribuée à une classe de prêtres. Au sommet de la hiérarchie, se trouve le grand prêtre qui, du temps des Romains, fait figure de véritable représentant de la nation juive. C’est lui seul qui peut pénétrer dans le saint des saints une fois par an. Avec l’expansion de l’islam naissant, Jérusalem a été conquise, en 638 de notre ère, par les armées venues d’Arabie, sous le règne de Omar Ibn Khattab, deuxième calife, après la mort du prophète Mohammed. Aujourd’hui, il ne reste du Temple que le Mur des lamentations que les musulmans ont laissé lors de la construction du Dôme du Rocher, puis celle de la mosquée Al-Aqsa. Depuis la guerre des Six Jours de 1967, le Mur des lamentations est devenu un lieu de prières et la place y attenant se présente comme une synagogue à ciel ouvert, avec une section réservée aux hommes, et une autre aux femmes. La plupart des juifs religieux s’abstiennent de mettre les pieds sur l’esplanade des Mosquées, pour éviter de se retrouver à l’emplacement sacré du saint des saints. Signalons que le Mur des lamentations a été appelé ainsi car c’est là où les juifs viennent pleurer la destruction du Temple. Du temps de Jésus, le grand prêtre préside une institution religieuse importante, appelée le «Sanhédrin», sorte de conseil où siègent les prêtres et les représentants de l’aristocratie. Au premier siècle ap. J.-C., une grande autorité a été donnée à des spécialistes de la Loi, guides spirituels pour le peuple. Ils sont appelés «scribes» ou «maîtres de la Loi». Plus tard, en français, on parlera de «rabbins», dont la mission est d’expliquer la Loi ainsi que les règles à suivre dans les différentes situations de la vie. Du temps de Jésus, on les nomme «rabbis», «maîtres», comme on l’a fait souvent pour Jésus. En dehors du Temple, il y a la synagogue, dont l’origine remonte à la période du Second Temple, vers 500 ans av. J.-C. Si, à l’origine, sa dimension religieuse et spirituelle est limitée, elle a pris une importance grandissante, au fil du temps, à tel point qu’elle est devenue le centre incontournable de la communauté juive, où s’exercent de nombreuses activités, tels l’étude et l’apprentissage de la Torah, le service de repas pendant le shabbat et les fêtes, le dépôt de fonds communautaires provenant des aumônes. C’est aussi le siège des tribunaux, lieu d’assemblée, lieu d’hébergement, de domicile pour les fonctionnaires de la synagogue. Ces différentes fonctions de la synagogue sont décrites par Lee I. Levine dans son article «Les fonctions de la synagogue ancienne». Tel se présente le cadre religieux dans lequel est né et a grandi Jésus. Mais la description de ce cadre serait incomplète si on ne parle pas des différents courants du judaïsme qui ont marqué l’époque de Jésus.

  • leconomiste.com
  • 1 day ago

C’est à travers leur savoir-faire ancestral de tissage de laine et leur art de teinture au henné que les tisserandes de la Vallée de l’Ounila ont participé au défilé de couture «Croisière» de Dior, tenu à Marrakech en avril dernier. Un projet inédit pour les tisserandes des villages Anmiter, Timsel, Irounen et Anguelz, se trouvant à une soixantaine de km de Ouarzazate, dans la commune de Telouet, surplombant la vallée verdoyante d’Asif Ounila.

  • leconomiste.com
  • 1 day ago

Tanger Tech est promise à un redécollage après l’obtention du statut de zone franche dans une zone bien équipée en voies routières et même en lignes ferroviaires (Ph. Adam)

  • leconomiste.com
  • 1 day ago

Depuis son élection à la tête de la CGEM, Salaheddine Mezouar insiste sur sa volonté de «donner du sens à l’action» et «d’agir sur les priorités». Aujourd’hui, il acte l’ouverture du patronat sur le milieu de la recherche.

  • leconomiste.com
  • 1 day ago

Le groupe OCP souhaite reproduire avec les startups à fort potentiel le même schéma qu'avec Jacobs Engineering et IBM, deux géants avec lesquels il a créé des joint-ventures (Ph. H.E.)

  • leconomiste.com
  • 1 day ago

Le projet de loi portant réforme des statuts de Bank Al-Maghrib est programmé ce mardi à la Commission des Finances de la Chambre des Représentants. L’objectif de cet examen en 2e lecture est de se pencher sur les amendements introduits par les Conseillers, dont certains avaient été rejetés auparavant par les députés. La commission se penchera, par ailleurs, sur un projet de loi relatif à la réglementation de la profession de comptable agréé, instituant une Organisation professionnelle des comptables agréés.